Voilà une dizaine d’années que je m’intéresse à la mobilité électrique en tant qu’acheteur. En 2006, j’ai essayé de devenir le premier propriétaire d’une Toyota Prius à Abu Dhabi. Le concessionnaire m’a ri au nez tant mon projet lui a paru déplacé; il pensait même que ça ferait de l’ombre à la marque, qui vendait en majorité des Land Cruiser de 4.5 L de cylindrée.

Quelques années plus tard, j’ai abandonné mon projet de Prius en prenant un poste dans l’ouest canadien: arrivé avec les premières neiges, j’avais compté une quinzaine de voitures dans le fossé le long d’un parcours d’autant de kilomètres. J’ai immédiatement opté pour des véhicules quatre roues motrices et nous avons choisi deux Lexus RX 400h (une d’occasion, une neuve). On m’avait mis en garde contre les méfaits du froid sur la performance des batteries et la consommation de ces hybrides: malgré les températures qui descendaient parfois à -40 °C, et souvent à -20 °C, nos 400h nous ont ravis pendant deux ans. Nous nous en sommes séparés, à regret, avant de rentrer en France.

De retour en France, notre projet de vie a continué à se développer autour d’une remise en question et des réponses que nous apportions à mesure des rencontres, des expériences et de nos réflexions. Côté mobilité, j’ai pris le temps de me documenter et j’attendais avec impatience 2012, l’année de toutes les promesses. Mais l’année est passée sans que les constructeurs ne commercialisent le véhicule que nous espérions. Puis 2013. 2014. 2015.

Fin 2015, la gamme disponible s’était déjà étoffée tandis que les annonces se sont faites plus précises. Entre deux, nous avions eu le temps de mieux cerner nos besoins autour de nos nouveaux rythmes de vie et de nos projets. Nous recherchions un véhicule sobre sur les petits trajets de 15-50 km (aller-retour), pouvant transporter à l’occasion quatre adultes confortablement pour une semaine de vacances. Plusieurs fois par an, il faudrait faire des trajets de 650 km (aller) sans devoir passer des heures à recharger des batteries en cours de route. Nous avions aussi décidé de ne pas prolonger l’attente bien plus longtemps.

En 2016, nous nous sommes intéressés de près à l’Audi A3 e-tron et à sa cousine VW Golf GTE. Même si elle ne correspondait pas parfaitement à ce que nous recherchions, nous nous étions décidés pour la GTE; le fait que le vendeur ne nous ait jamais re-contactés, malgré nos relances, alors que nous étions prêts à finaliser restera un grand mystère. Nous avons aussi examiné la Mitsubishi Outlander PHEV et quelques autres. Mais c’est finalement la BMW Active Tourer 225xe que nous avons choisie. Ce n’est pas le véhicule que j’imaginais – mais ce dernier n’existe toujours pas!

D’un point de vue tout à fait pragmatique, le jour de l’achat était venu, et ce jour là, cette 225xe répondait « parfaitement » à nos besoins.